[Testing Labs] – Life is Strange Before the Storm Ep1

En attendant la deuxième saison de ce que l’on peut désormais appeler, la série Life is Strange, le studio Deck Nine Games nous propose un spin-off. Segmenté en trois épisodes, ce nouveau volet porte bien son nom. En effet, celui-ci se situe avant les événements du premier opus. Ici, nous découvrons la relation entre Chloe Price et Rachel Amber, qui va bien plus loin que l’on ne pourrait le croire…

Comme toujours, un soin particulier est apporté à l’ambiance sonore. Cet épisode s’oriente vers une musique plus rock, voire grunge, tout du moins au début du jeu. Le groupe Daughter amène un peu plus de douceur, parfaitement adapté aux émotions que nous font vivre cette nouvelle tranche de vie. Chloe est en pleine rébellion, sa mère tente de lui faire accepter David dans la famille. Ce dernier s’installe progressivement dans la maison, ce qui n’est pas du tout toléré par l’adolescente. Sa rencontre avec Rachel lui apporte un bol d’air frais, mais à quel prix… Le plus intéressant dans la trame scénaristique, nous avons la réponse à l’une des grande question restée sans réponse dans le précédent volet. La structure du jeu garde le même schéma qu’auparavant, même si le côté film interactif est plus riche dans ce premier épisode.

L’autre question que tout le monde se pose, qu’en est-il de l’aspect paranormal qui avait fait sensation dans le dernier opus ? Pour le moment, seul le doute nous permet d’établir un lien avec le surnaturel (peut-être une bonne surprise dans le deuxième épisode…). Fini la capacité de remonter dans le temps, il est remplacé par l’éloquence. Notre chère Chloe ne garde pas sa langue dans sa poche et sa répartie peut faire bien plus mal que n’importe quel pouvoir. Pour l’activer, il est nécessaire de trouver les sujets qui font mouches, dans le temps imparti. Pour cela il faut débusquer un mot ou sens commun dans le discours de son adversaire. Si on ne peut pas reprocher l’originalité de cette fonction, l’intérêt lui en prend un coup. Il n’est clairement pas passionnant de parvenir à clouer le bec d’un interlocuteur par la parole, sans compter que l’échec est rapide. Du coup on est tenté de recharger la partie afin de se sortir de cette situation ennuyeuse (il faut pourtant résister, c’est tout l’intérêt du jeu, non ?).

Malgré cela, on est toujours autant immergé dans l’atmosphère qui nous est proposée. Revenir à Aracadia Bay est un vrai plaisir, revenir aux mêmes endroits que l’on connaît déjà ne gêne en rien. L’esthétique graphique du jeu est toujours à la ramasse, mais on s’en fout et les personnages font le boulot. On retrouve également pas mal de protagonistes bien connus, comme cette bitch de Victoria Chase ou Nathan Prescott. Le système de choix fonctionne de façon identique, avec les statistiques mondiales en fin d’épisode. Chose amusante, l’un d’eux ne propose pas deux possibilités mais trois. N’étant pas des renégats pour rien, nous avons fait basculer la balance de 50/50 vers le 1% de personnes à ne pas faire comme tout le monde… (peut-être même les seuls au monde !?)

VERDICT : TRÈS BON

Il faut bien avouer que cette nouvelle saison est légèrement en deçà du jeu de DONTNOD. Probablement à cause de cette fonction de ‘super éloquence’, qui remplace le pouvoir de Max. Ou bien l’aspect film interactif qui met un peu plus de côté le gameplay lui-même. Cependant, le revers de la médaille nous donne droit à quelques cinématiques en CGI. Les animations corporelles sont également moins réalistes et naturelles que le premier volet. Toujours est-il que même avec ces défauts et ces graphismes moches, Life is Strange garde cette identité qui nous plaît tant. L’histoire, la musique et l’attachement avec les personnages appliquent cette magie qui donne envie de connaître la suite de l’intrigue. Qui sait, c’est peut-être ça finalement le côté paranormal du titre, cette force émotionnelle qui nous touche en plein cœur…

Auteur : Nicolas Balaguer

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *